Fond5

LEXIQUE DES ARTS GRAPHIQUES ET DE L’IMPRIMERIE


ABCDE F GH I J KL MNOPQ RSTUV WXYZ


A

Accordéon : Pliage en forme de M, ce qui permet d’ouvrir un dépliant à la manière d’un accordéon (de 3 à plus de 10 plis).

Achevé d’imprimer : Texte légal porté obligatoirement par l’imprimeur et placé à la fin d’un livre, indiquant le nom et l’adresse de l’imprimeur, la date de l’impression, le numéro et la date du dépôt.

Accroche : Élément fort dans une mise en page, chargé d’attirer l’attention. Mot, phrase, signe, couleur.

Addendum : Ajout d’un texte oublié sur un encart volant.

Adhésiver : Appliquer un adhésif double face sur le verso du document.

Alignement : Suite de caractères dont la base est rigoureusement alignée sur la même droite horizontale ou verticale. Alignement centré, en pavé (bloc ou justifié), fer à droite ou fer à gauche.

Alinéa : Groupe de phrases apparentées, ensemble de lignes constituant un paragraphe. Par extension, renfoncement de la première ligne d’un paragraphe, retrait qui s’exprime systématiquement par des blancs fixes (cadratins et demicadratins).

Amalgame : Réunion de plusieurs imprimés sur une même feuille d’impression. Imprimés différents présentant les mêmes spécificités techniques (qualité du papier, couleur). Cette technique permet de réaliser des économies substantielles.

Anamorphose : Déformation d’une image ou d’un texte par allongement due à la flexibilité de la forme imprimante (flexographie).

Anglaise : Caractère imitant l’écriture manuelle, c’est-à-dire cursive et penchée vers la gauche.

Angle d’empattement : Liaison plus ou moins incurvée entre l’empattement et le fût.

Annotation : Note inscrite en marge d’un livre, d’un manuscrit ou d’une épreuve par l’auteur, un lecteur ou un correcteur. Elle est censée critiquer, expliciter ou corriger un extrait de texte.

Annonce anglaise : Texte de quelques lignes en petit corps, dont l’initiale du premier mot se trouve à cheval sur 2 lignes.

Aplat : Couleur à 100 % d’une surface d’un document recouvert uniformément par une couche d’encre (ton direct ou composé).

Apostrophe typographique : Apostrophe inclinée dessinée dans la logique graphique du dessin de chaque police de caractères.

Appel de note : Signe typographique à la suite d’un mot qui marque l’emplacement d’un commentaire – ou note – situé en dehors du texte et précédé de la même marque de renvoi.

Apprêt : Traitement particulier appliqué à la surface de la feuille de papier en vue de l’usage que l’on compte en faire et de l’aspect visuel que l’on souhaite obtenir. Il en résulte des papiers calandrés, lissés frictionnés, brillant, satinés, mats …

Approche : Espace entre deux lettres dans un mot.

Approval : Système d’épreuvage tramé développé par Kodak permettant un contrôle du rendu du document avant impression.

Arrachage : Détérioration de la surface du papier à l’impression.

Assemblage par superposition : opération qui consiste à superposer des feuillets ou des cahiers, dans l’ordre de l’ouvrage, avant de les solidariser par un procédé de brochage ou de reliure.

Assemblage par encartage : opération qui consiste à encarter plusieurs cahiers avant de les solidariser par piqûre (agrafes métalliques ou fil textile).

Au fer : Se dit d’un paragraphe de texte dont toutes les lignes, y compris la première, sont alignées => « fer à gauche »  ou « fer à droite ».

Axe : Inclinaison suggérée par la relation entre les pleins et les déliés. Il est le plus souvent vertical ou oblique.


 B

Bandeau : Bande de papier entourant un livre, portant un texte destiné à sa promotion.

Bannière : Banderole accrochée verticalement.

Barbes : Irrégularités autour d’une feuille de papier, particulièrement du papier fait à la main.

Basculer : Fait d’imprimer sur la même feuille le recto et le verso d’un même document.

Bas de casse : Nom des caractères minuscules, par opposition aux capitales et par extension du nom donné à la partie inférieure de la boîte (casse) où elles se trouvent rangées.

BAT (Bon à tirer) : Accord du client sur le dernier élément fourni avant le tirage, traceur couleur ou ozalid, dégageant la responsabilité de l’agence et de l’imprimeur sur une erreur éventuellement subsistante. Épreuve imprimée signée par le client, respectant ses souhaits en terme de couleur, de format. Le BAT PDF.

BAT PDF: Accord du client par e-mail d’un fichier numérique PDF vérifié, aux normes et ripé prêt à l’impression. Evite le BAT papier pour un gain de temps et de réactivité.

Belle page : Page de droite d’un ouvrage imprimé. Son folio est impair.

Ben-Day : Travail de photogravue visant à obtenir des éléments en couleur par superposition de trame de couleurs primaires en l’abscence d’un document original de base. Ce système de mise en couleurs par application de trames est du nom de son inventeur Benjamin Day.

Bichromie : Traitement d’une photo en deux tons ou procédé d’impression en deux couleurs. Se dit aussi Bichro …

Bihebdomadaire : Parution 2 fois par semaine.

Bimensuel : Parution 2 fois par mois.

Bimestriel : Parution tous les 2 mois.

Bisannuel : Parution qui revient 2 fois par an.

Bitmap : Format d’image.

Blancs : Dans un texte composé, les blancs représentent les parties non imprimées.

Blanchet : Revêtement caoutchouté placé sur le cylindre de transfert entre la plaque et le papier en impression offset.

Bold : Terme anglais pour définir un caractère typographique en « gras ».

Bolduc : Ruban de lin ou de coton destiné à la fabrication du signet.

Bon à rouler : Bonne feuille d’impression signée par le client ou son mandataire et conservée, comme modèle, durant tout le tirage.

Bonnes feuilles : Petite quantité de feuilles remises au client comme justificatif du tirage. De même dès le début du façonnage on peut fournir de « bons exemplaires ».

Boucle : Partie du g qui descend sous la ligne de pied (dite aussi goutte).

Bouclette : Brochage permettant d’insérer une brochure dans les anneaux d’un classeur.

Bouffant (Papier) : Sorte de papier vergé et épais à la surface rugueuse, d’une très grande légèreté. Le bouffant sert surtout à l’impression des textes et des illustrations au trait. Il donne de l’épaisseur à l’ouvrage, mais accepte mal les reproductions en similigravure.

Bourdon : Oubli d’un mot, d’un groupe de mots ou d’une phrase dans un texte composé.

Bristol : Papier bien collé, d’un grammage généralement supérieur à 150 gr/m2, ou carton composé d’un ou plusieurs jets non contrecollés, fabriqué uniquement avec de la pâte chimique blanchie, et apte à l’impression et à l’écriture. Le bristol est caractérisé par son lissé, sa rigidité, son apparence nette et son épair fondu.

Brochage : Technique de finition des ouvrages imprimés qui comporte un ensemble spécifique d’opérations conduisant à la réalisation des « corps d’ouvrages » (pliage des feuilles imprimées, assemblage des cahiers, solidarisation des cahiers entre eux et à la couverture (emboîtage du corps d’ouvrage dans la couverture et collage pour faire adhérer la couverture au corps).

Broché : Se dit d’un ouvrage à couverture souple dont les cahiers sont maintenus par couture et collés à la couverture.

Bromure : épreuve photographique (en noir) du texte composé

Brossé : Se dit d’un papier qui a été soumis à l’action lustrante d’un jeu de brosses, ce qui a pour but de le rendre brillant sans trop l’écraser.

Brut de roule : Se dit d’une impression seule sur papier au format fourni sans coupe ni façonnage et livre direct sur Palette.


C

Cabochon : Vignette gravée de petite dimension.

Cadratin : Petit bloc servant à remplir un vide en début d’alinéa ou à la fin d’une ligne plus courte que les autres. Valeur de blanc fixe dont la chasse correspond exactement à la force de corps du caractère utilisé. Le demi-cadratin est la moitié. La chasse des chiffres correspond à un demi-cadratin dans le corps utilisé.

Cahier : Unité de base de la constitution d’un ouvrage imprimé, formé à partir d’une feuille imprimée pliée en 4, 8, 16, 32 pages ou plus. C’est par l’encartage ou l’assemblage que les cahiers sont réunis pour former le corps d’ouvrage.

Cahier des charges : Document formulant toutes les obligations d’une commande ou d’un appel d’offre.

Calage : Mise en route d’une presse offset, réglage des encres, du repérage.

Calandré : Se dit d’un papier dont la surface a été frottée par les rouleaux de la calandre, et rendue lisse et brillante. La calandre, ou mieux, la supercalandre, est un dispositif mécanique constitué par une série de rouleaux d’acier poli sur lesquels on fait passer la bande de papier bien tirée. Cette opération s’appelle le calandrage.

Calibrage : Opération de comptage qui permet l’évaluation des signes d’une copie et l’encombrementen fonction du corps choisi.

Calligraphie : La calligraphie englobe toutes les techniques qui permettent d’écrire à la main de beaux textes.

CAO : Conception assistée par ordinateur.

Capitale : Lettre majuscule.

Caractère : Lettre d’imprimerie. Ensemble des lettres d’un alphabet déterminé nécessaire à la composition d’un texte (lettres, signes, chiffres). Il est caractérisé par son corps (taille du caractère mesuré en points Didot : 1 point = 0.375mm), sa chasse (largeur du caractère),et sa graisse (épaisseur du trait). Forme du caractère : Romain ou Italique. Les familles de caractères Thibaudeau : Antiques (ou « bâton » sans emapettement), Egyptiennes (empattement rectangulaire), Elzévirs (empattement triangulaire), didot (empattement filiforme).

Carton compact : Carton contrecollé, d’un grammage minimal de 900 gr/m2 et comportant au moins une couverture forte kraft ou similaire, apte à la fabrication des caisses d’expédition. Epaisseur : 10/10°- 17/10°-20/10°-24/10°-30/10°

Carton contrecollé : Carton obtenu par le contrecollage de deux cartons ou plus, de composition identique ou différente.

Carton dur : Carton à I’enrouleuse, dense, dur, très rigide, lisse et résistant.

Carton gris : Carton fabriqué sur une machine continue, à partir de vieux papiers, généralement de qualité inférieure.

Carton ondulé : Carton composé d’une ou de plusieurs feuilles de papier cannelé, collées sur une feuille ou entre plusieurs feuilles de papier. Type Micro cannelure, petite cannelure, double cannelure, double micro…

Cartouche : Vignette servant à entourer, à encadrer quelques lignes.

Casse : Tiroir à compartiments, appelés cassetins, qui sert au rangement des caractères typographiques en plomb.

Cast coated : Papier ou carton couché de haute qualité et de très grande brillance, obtenu par application d’une couche et séchage de cette couche contre la surface chromée d’un cylindre tel que le Chromolux.

Césure : Nom courant donné à la coupure des mots intervenant en fin de ligne dans les textes justifiés qui se marque par un tiret.

Chapeau : Texte de quelques lignes placés en tête d’un article ou d’un document pour le résumer ou l’introduire.

Charnière : Découpe au centre d’un 2 volet permettant son articulation

Charges : Composants qui entrent dans la composition de la pâte à papier, et qui sont autres que les fibres de cellulose et l’eau.

Charte graphique : Ensemble des règles graphiques (typographie, photographies, dessin, couleurs) adoptées par une entreprise ou un organisme dans un souci de permanence et de cohérence de l’image produite.

Chasse : Différence de dimension (largeur) des feuilles pliées due à l’épaisseur du papier. Les feuilles extérieures étant plus larges que les feuilles intérieures (surtout pour un façonnage deux piques métal).

Chasse typographique : C’est la largeur visible de l’œil d’un caractère. L’encombrement étant la largeur invisible. Elle est fonction :

  • de la lettre : un « m » chasse plus qu’un « n », il occupe plus de place sur la ligne ;
  • du corps : on constate aussi que la chasse des caractères augmente proportionnellement au fur et à mesure qu’augmente la force du corps. Un corps 12 chasse plus qu’un corps 8;
  • du dessin du caractère qui peut être serré ou étroit, normal et large.

Chemin de fer : Représentation graphique de l’ensemble d’un projet de publication, matérialisé ou non par une maquette de mise en page. Permet l’ordonnancement, le lancement et le contrôle des différentes étapes de la fabrication.

Chevalet : Equerre rabattable en carton ou micro cannelure avec simple ou double pied permettant la stabilité d’une PLV.

Chromatique : Relatif aux couleurs.

Cicéro : Unité de mesure typographique utilisée en Europe, équivalant à 12 points Didot, soit 4,155 mm. Également appelé « douze ».

CIP3 : Protocole informatique d’échange et d’enregistrement des paramètres d’impression.

Classeur : Porte document contenant un mécanisme amovible permettant une évolution ou un changement de document.

Classeur pupitre : Classeur avec un système permettant sa consultation en position chevalet.

Classeur Double : Classeur avec 2 mécaniques amovibles.

CMYK (Cyan, Magenta,Yellow, Black) : Les quatre couleurs de base de la quadrichromie. L’ensemble du spectre est simulé par superposition de ces quatre teintes.

Coiffe : Rebord incurvé qui surmonte le dos du volume, en tête et queue.

Collation, Collationnement : Révision de l’ordre des feuilles et des cahiers pour s’assurer qu’ils sont bien en place et que le livre est complet.

Collure : Joint dans le sens « travers» d’un papier ou d’un carton, réalisé au moyen d’un produit ou d’un ruban adhésif pour :

  • obtenir une bobine de diamètre donné ou un métrage déterminé de papier ;
  • assurer, par exemple sur une machine de transformation, une opération continue d’une bobine à une autre.

Colombelle : Filet séparant deux colonnes de texte.

Complexage : Opération qui consiste à faire adhérer à la surface d’une feuille de papier un film plastique, ou de métal en feuille, de manière à obtenir un complexe.

Compte fils : Loupe à fort grossissement pour examiner les détails d’un film, d’une plaque ou d’une feuille imprimée (les points de trame).

Continu : L’impression en continu est assurée par une rotative alimentée par du papier en bobine.

Contraste : Opposition optimum des parties sombres et claires.

Contrecollage : Opération dans laquelle une ou plusieurs bandes ou feuilles de papier, de carton ou d’autres matériaux sont collées sur toute leur surface à une autre bande ou feuille de papier ou de carton.

Contrecollage à bord franc : Procédé de collage pouvant s’utiliser pour la fabrication de calendriers à bords francs avec les tranches apparentes ( 5 mm de bords perdus nécessaire pour le collage).

Contrepoinçon : Espace blanc à l’intérieur de la panse d’un caractère, la contreforme du noir.

Copie : Document de base, ensemble de feuillets d’un textee accompagné ou non d’illustrations.

Copyright : Mot anglais garantissant les droits de l’auteur ou de l’éditeur sur un ouvrage.

Coquille :  Une ou plusieurs erreurs de composition telle que lettre manquante ou inversion de lettre.

Corrections d’auteur : Correction ou modification d’un texte imputable à l’auteur et facturée en sus du prix prévu de composition.

Corps : Taille d’un caractère exprimée généralement en points typographiques ou en dixièmes de millimètres. Se dit aussi force de corps

Couche : Enduction ou, en termes de métier « sauce », appliquée sur la surface de la plupart des papiers qui deviennent ainsi des papiers « couchés ».

Couché : Type de papier ayant reçu en cours de fabrication un ajout de matière (Kaolin).

Couché machine : Papier couché contenant un pourcentage plus ou moins élevé de pâtes mécaniques : de 20 à 50 % (il est alors dénommé avec bois). Les pâtes, comme les charges, lui donnent de l’opacité. Il est moins chargé en couche que le couché moderne (de 7 à 8 gr/m2 par face). Le grammage du papier peut descendre aux environs de 40 gr/m2.

Couché moderne : Papier couché sans pâte mécanique (sans bois) et ayant une couche de 10 à 20 gr/m2 par face. Le couchage peut être effectué sur ou hors de la machine à papier. Dans le cas d’un couchage hors de la machine à papier, chaque face reçoit une ou deux couches n’excédant pas en totalité environ 20 gr. de couche par face.

Couleurs primaires : Ce sont les couleurs cyan,  magenta, jaune et noire (CMJN) à partir desquelles on peut produire en quadrichromie toutes les couleurs existantes.

Couture : Procédé par lequel les cahiers assemblés (superposés les uns sur les autres) sont cousus au fil textile avant d’être brochés ou reliés.

Courbes d’encrage : fichiers de la couverture d’encres faits à partir de l’imposition et transmis sur les presses pour le préréglage des encriers.

Couverture : Terme générique désignant un papier ou un carton destinés principalement à être collés sur une cannelure en vue de constituer un carton ondulé, ou à recouvrir, par exemple par collage, un autre papier ou carton, avec lesquels ils font corps.

Couverture kraft : Couverture composée essentiellement de pâte kraft.

Crénage : Modification de l’espace entre certains caractères qui, sinon apparaîtraient mal interlettrés (par exemple lorsque le A et le V sont voisins).

Cristal : Papier sans bois, écru, blanchi ou coloré, transparent, translucide lorsqu’il est coloré ou opacité dans la masse, glacé et lustré sur les deux faces et peu perméable aux corps gras ainsi qu’à la transmission des odeurs.

Cromalin : Épreuve couleur pouvant servir de bon à tirer et de référence couleur pour le tirage.

CTF : Computer To Film, imposition informatique et sortie sur films.

CTP : Computer To Plate, imposition informatique et sortie sur plaques.

Cul-de-lampe : Motif placé à la fin des chapitres.

Cursive : Écriture manuelle dans laquelle les lettres sont inclinées et reliées.


 D

Décalé : Plis parallèles effectués avec des intervalles irréguliers.

Découpe : Opération constituant à couper à l’aide d’une forme de découpe des feuilles une à une en vue d’obtenir par exemple une chemise.

Découpe (forme de) : Forme de montage de filets en acier raineurs et/ou coupeurs, destinée au pliage et à toutes les découpes qui ne peuvent être faites au massicot.

Définition : Mesure de la quantité de détails restituée d’un document original (basse définition ou haute définition).

Défonce : Suppression d’une surface de fond ; soit suivant la forme d’un élément à incruster (incorporation), soit pour laisser un élément imprimé (réserve). Par exemple, pour faire apparaître du texte jaune sur un fond bleu marine, on « défonce » le bleu ou on met le jaune en « réserve ».

Délié : Partie fine d’une lettre qui s’oppose à la partie plus épaisse.

Délié de jonction : Trait fin qui relie par exemple la panse du g et sa boucle.

Demi-teinte : Image non tramée présentant des nuances de gris ou des dégradés.

Densité : Quantité totale d’encre déposée sur un point donné.

Densitomètre : Appareil qui mesure la quantité de lumière diffusée ou filtrée par une surface éclairée. L’opacité d’un film se mesure en transparence, la valeur d’un document opaque se mesure en réflexion. Dépassant : Partie de la moitié d’un cahier qui dépasse de 8 à 10 mm après son pliage et qui permet une prise plus rapide et plus sûre par l’encarteuse.

Dépôt légal : Dès la publication d’un ouvrage, les imprimeurs et les éditeurs sont tenus de déposer un certain nombre d’exemplaires à l’État. L’ouvrage porte alors la mention du dépôt légal. Cette pratique concerne les livres et les documents graphiques. Le dépôt légal permet le contrôle des publications et l’enrichissement du patrimoine.

Détourage : Supression d’une partie d’une photo pour en dégager un élément. Action consistant à ne conserver qu’une partie précise d’une image.

Diacritique : Élément surajouté à une lettre d’un alphabet afin d’en modifier la valeur. Les accents et les cédilles sont des signes diacritiques.

Didot / Didone : Nom d’une famille de graveurs, fondeurs, imprimeurs dont l’activité s’étend de 1689 à 1913. C’est à François-Ambroise Didot que l’on doit la création du point typographique (1 point didot = 0,3759 mm) et à son fils la création du caractère Didot.

Dorure : Méthode d’impression en relief et à chaud de motifs à la feuille d’or et par extension d’aplats métallisés et de couleurs.

Dos : Côté pli d’un cahier, côté charnière d’un livre ou d’une brochure.

Dos carré cousu : Procédé de reliure avec couture pour lier les cahiers les uns aux autres puis dans le dos à la couverture.

Dos carré collé : Mode de reliure des différents cahiers d’un livre avec de la colle à chaud dans une couverture. L’aspect de la reliure est carré. Quand le nombre de cahiers est important, ils peuvent être cousus en plus du collage ; dans ce cas, on parle de « dos carré collé cousu ».

Dos carré cousu collé : Procédé de reliure par couture des cahiers puis par collage dans le dos de la couverture.

Dpi : Abréviation anglaise de « Dot per Inch », soit « point par pouce » en français (ppp). C’est le nombre de pixels créés sur une surface d’un pouce. Plus ce nombre est grand, meilleure sera la résolution et la définition de l’image..

Drapeau : Colonne de texte non justifié mais dont un des côtés est aligné (à droite ou à gauche). On parle alors de texte en drapeau.

Drop paper : Support non tissé, léger, adapté aux expositions et musées.

Ductus : Du latin ducere, conduire : action gestuelle visible dans l’écriture (conduite de l’outil du tracé).


 E

Eau forte : Procédé de gravure en creux qui s’obtient grâce à une réaction chimique.

Échelle de reproduction : Rapport des dimensions de l’image reproduite, à celles de l’original.

Éditeur : Maître d’ouvrage de toute publication. Se dit aussi ordonnateur

Ekta : Abréviation d’ektachrome, se dit de toute diapositive.

Ébarbage : Opération qui consiste à couper l’extrémité des marges d’un volume afin d’enlever ce qui dépasse trop, sans toutefois les égaliser complètement.

Édition : Ensemble des exemplaires d’un même ouvrage caractérisé par l’identité du texte, de la composition typographique, de la mise en page, des illustrations et de la pagination. Une même édition peut avoir plusieurs tirages.

Emblème :  Attribut pictographique ou idéographique destiné à représenter une autorité, une personne, une collectivité ; insigne.

Empagement : Surface occupée dans une page par la composition d’un texte ou d’un ensemble de textes et d’images.

Empattement : Sorte de petit trait (ou ornementation) qui prolonge les extrémités des traits droits et obliques des lettres.

Encapsulage : Technique de plastification recto verso qui enveloppe totalement le document en laissant un débord de matière tout autour de l’affiche.

Encart : Additif à un ouvrage, imprimé sur un papier différent qui peut être fixe ou volant, c’est à-dire simplement glissé entre deux pages.

Encartage : Principe de réunion des cahiers d’un ouvrage par intercalage de chaque cahier au milieu du précédent.

Encoche : découpe des pages d’un ouvrage pour faciliter la recherche d’une partie, se dit « coup de pouce » lorsqu’elle est de la forme d’un demi-cercle et « encoche répertoire » lorsqu’elle est carrée ou rectangulaire.

Encre au modèle : Encre étudiée à la demande de l’imprimeur pour répondre à des exigences particulières, afin de réaliser les tons directs.

Encre « standard » : Encre faisant l’objet de fabrications suivies et se trouvant en stock chez les fournisseurs d’encres. C’est le cas de la plupart des gammes d’encres primaires.

Engraissement : Modification des traits ou des trames qui consiste en un élargissement des surfaces imprimantes soit volontaire par opération photographique, soit involontaire, par écrasement de l’impression sur le papier (excès de pression, excès d’encre) parfois nécessité par l’état de surface de papier.

Envers : Verso de la feuille de papier. Les exigences de la fabrication du papier font que le recto et le verso de la bande n’ont jamais tout à fait le même aspect, quels que soient les traitements infligés au papier.

Épair : Disparités d’aspect visible dans la transparence du papier. Lorsque ces disparités sont très accentuées, on parle d’épair « nuageux »; le rendu de l’impression risque alors d’en souffrir.

Épigraphe : Citation qu’un auteur place au début de son ouvrage, souvent même sur la page de titre, afin d’en caractériser l’esprit.

Épreuve : Justificatif imprimé de composition ou de photogravure, préalable au tirage.

EPS (Encapsulated PostScript) : Format d’image très largement utilisé par les logiciels de PAO (QuarkXPress et Adobe InDesign), de retouche d’image (Adobe Photoshop) ou de création graphique (Adobe Illustrator). Un fichier EPS est un fichier de « description de page » décrivant une image sous forme de language PostScript.

Equerrage : Opération de coupe au massicot afin d’obtenir au moins un angle de la feuille correct. Il peut se faire sur 2, 3 ou 4 côtés.

Erratum : Correction d’un texte sur un encart volant joint à un document imprimé.

Espace : Mot du genre féminin en typo qui désigne les blancs placés entre les mots pour les espacer. Devant le point-virgule, les points d’exclamation et d’interrogation, on doit placer une espace nommée espace fine, inférieure normalement à celle qui sépare les mots.

Etroitisé : Se dit d’un caractère lorsqu’il est comprimé dans sa largeur (à l’opposé d’extra-large).

Exécution : Réalisation du document définitif d’après la création. Maquette définitive.

Exemplaire : Nombre de reproductions à l’identique réalisées à partir de l’original.

Exposition : Action de soumettre une surface photosensible à un rayonnement actinique.


 F

Façonnage : Toutes les opérations permettant la finition du produit : pliage, rainage, collage, grecquage, emballage, assemblage, encartage-main, encartage-piqueuse, perforation, pose œillets, coins arrondis, reliure spirale (wire’o), reliure manuelle, agrafage, massicotage, pliage manuel, mise sous enveloppe, routage, etc.

Fac similé : Reproduction exacte, quel qu’en soit le procédé, d’une écriture, d’un texte, d’un dessin ou d’un tableau.

Famille : En typographie, terme donné à une série de dessins du même caractère, variante d’un dessin de base. Elle est composée de plusieurs types : romain, italique, gras, maigre, étroitisé et large.

Fausse page : Page de gauche d’un ouvrage imprimé. Son folio est pair.

Faux filigrane : Empreinte semblable en apparence à un filigrane, produite dans le papier fini par des moyens mécaniques ou par application de certains produits.

Faux titre : Titre complet ou abrégé placé au recto du feuillet inséré entre le feuillet de garde avant et la page de titre.

Feuille de style : Dans la majorité des logiciels, la feuille de style est le fichier informatique qui rassemble les paramètres de composition du texte ou de la page.

Fer : On dit d’un texte qu’il est composé au fer quand seul une extrémité des lignes est alignée verticalement. Un texte peut être composé au fer à gauche ou à droite (on dit aussi en drapeau).

Feuille : Matériau de faible épaisseur présenté à plat selon un format déterminé.

Feuillet : Dans un ouvrage un feuillet représente 2 pages, soit 2 faces, le recto et le verso.

Filet : Éléments entrant dans la composition sous la forme de traits ou de lignes servant à souligner, à séparer, à encadrer des textes ou des illustrations. Les filets présentent plusieurs épaisseurs.

Filigrane : Motif réalisé lors de la fabrication du papier, par l’écrasement des fibres dans l’épaisseur de la feuille et visible par transparence.

Filigrane clair : Dessin apparaissant par transparence dans un papier ; il est réalisé par la mise en place d’un motif en fils métalliques sur la toile de la machine à papier.

Filigrane humide : Empreinte d’un dessin délibérément produit dans le papier et visible par transparence. Le dessin est obtenu, par déplacement localisé des fibres, de deux façons possibles :

  • au moyen d’une empreinte en relief ou en creux dans la toile, par exemple à la forme à main ou de la forme ronde d’une machine;
  • au moyen d’une empreinte en relief ou en creux à la surface d’un cylindre (rouleau égoutteur tournant) en contact avec la pâte humide sur la toile d’une machine à table plate.

Filigrane ombré : Image dégradée obtenue par variation progressive de l’épaisseur du papier, et réalisée par écrasement du papier à l’état humide avec un cylindre gravé en bas relief.

Filigrane repéré : Filigrane positionnée à un endroit déterminé et constant de la feuille.

Film : Surface photosensible vierge sur un support en matière transparente ou translucide. Un film est également la reproduction d’un document sur support photosensible transparent destinée au report sur la plaque.

Film thermorétractable : Film plastique servant au conditionnement et qui, sous l’action de la chaleur, se rétracte autour de l’objet emballé pour le protéger et le compacter.

Flashage : Terme français désignant le travail qui consiste à réaliser des films ou bromures haute définition d’après un fichier informatique.

Fleuron : En reliure, c’est le fer à dorer qui forme à lui seul un motif quelconque.

Flexographie : Procédé d’impression en relief appelé également « impression à l’aniline » notamment pour supports plastiques.

Folio : Chiffre qui numérote chaque page d’un document imprimé => Folioter, foliotage …

Fond : Terme utilisé pour désigner la couleur dominante d’un document à reproduire.

Fond (petit) : Marge intérieure de l’ouvrage (côté charnière)

Fond (grand) : Marge extérieure de l’ouvrage.

Fonds Perdus : Débordement d’une image ou d’un élément de mise en page au-delà des traits de coupe, pour une impression jusqu’au bord du papier.

Fond tramé : Surface constituée de points de trame. Le fond tramé peut être uni ou dégradé, imprimé en noir ou en couleurs par une seule couche d’encre ou plusieurs couches superposées.

Fonte ou police : Jeu complet de lettres, chiffres, ponctuations et caractères spéciaux appartenant à la même famille typographique.

Force : Terme désignant le grammage d’un papier et non sa résistance à la déchirure.

Format à la française : Format utilisé dans le sens de la hauteur.

Format à l’italienne : Format utilisé dans le sens de la largeur.

Formats papier D.I.N. :

  • A0 : 840 x 1 188 mm
  • A1 : 594 x  840 mm
  • A2 : 420 x 594 mm
  • A3 : 297 x 420 mm
  • A4 : 210 x 297 mm
  • A5 : 148 x 210 mm
  • A6 : 105 x 148 mm

Formats Beaux Arts :

  • 45 x 56 cm = carré, coquille
  • 50 x 65 cm = raisin
  • 56 x 72 cm = jésus
  • 63 x 90 cm = colombier

Format utile : Se dit d’un format contenu dans une grille de mise en page, avec une marge autour.

Format fini : Format de l’imprimé, une fois terminées les opérations de finition.

Format d’impression : Formats papier minoré de la largeur de prise de pinces.

Format machine : Dimension des cylindres de la presse utilisée (longueur x développement).

Format papier : Format intermédiaires délimités par un format maximum et un format minimum pouvant être utilisés par la presse.

Frictionné : Papier dont une seule face est rendue unie et brillante par application et séchage sur un cylindre de métal poli chauffé, l’autre face conservant un aspect brut.

FTP (File Transfert Protocol) : Protocole standard de l’Internet pour le téléchargement des fichiers.

Fût : Trait principal, vertical ou oblique, des caractères. Egalement appelé haste ou hampe.


 G

Gabarit : Modèle simple sur lequel on dispose les textes dans la mise en page d’un ouvrage.

Gache : Quantité de papier nécessaire à la mise au point d’une opération de transformation, non utilisable pour les exemplaires définitifs.

Gamme : Nuancier de contrôle des valeurs en noir et blanc ou en couleurs.

Gaufrage : Procédé d’impression permettant d’obtenir des motifs en relief, encrés ou non, à l’aide de clichés en creux et de contreparties en relief.

Gamme d’encres : Ensemble des encres utilisées pour une reproduction imprimée.

Gardes (Pages de) : Feuillets de papier placés au début et à la fin du volume. Les gardes sont destinées à garantir les première et dernière pages du volumes.

Garnitures : Éléments d’une mise en page qui ne sont pas des caractères, mais les filets, barres, fleurons.

Gommage : Opération consistant à appliquer un adhésif approprié sur tout ou partie de la surface d’une feuille de papier ou de carton, pour la rendre adhésive en vue d’un usage ultérieur.

Gondolage : Déformation d’un papier, généralement sur les bords et en sens « travers », due à des différences locales de l’humidité du papier. Remarque : Lorsque le gondolage se situe au milieu de la feuille, on dit que le papier «poche».

Gouttière : Espace séparant deux colonnes dans une page.

Grain : Rugosité plus ou moins importante de la surface d’un papier.

Graisse : La graisse d’une lettre caractérise l’épaisseur de son trait. A chacune de ses valeurs correspond une dénomination :

  • maigre (ou light)
  • normal (ou regular)
  • gras (ou bold)
  • extra-gras (ou extra-bold)

Grammage : Poids d’un papier exprimé en grammes par mètre carré (g/m2). En général de 35 à 350 grammes Pour un même grammage l’opacité varie selon la densité des fibres et la qualité de la fabrication.

  • Papier bible : 26g
  • Papier cigarette : 36g
  • Pelure papier machine : 46-56g
  • Papier à lettres : 60-70-80-90-100g
  • Dépliants : 100 – 110 – 125 – 135 – 140 – 150g
  • Brochures : 160 – 180 -200 -250g
  • Cartons d’invitation : 200 – 225 – 250 – 280 – 300 – 350g
  • Couvertures : 250 – 300 – 320 – 350 – 360 – 380g
  • Carton : 400 – 3000g

Gravure : Action de former des «creux», par tout moyen approprié, dans une plaque métallique ou plastique, au cours de la préparation d’une forme d’impression.

Grecquage : Entaillage des pages du côté dos pour améliorer la répartition et la prise de la colle et pouvoir façonner sans couture (dos carré collé).

Grecquer : Pratiquer sur le fond des cahiers assemblés, mais non cousus, des entailles transversales, dans lesquelles seront logés les fils et ficelles de couture.

Grille : Gabarit généralement construit en vue de l’utilisation complexe de la surface d’une page.

Grisé : Aplat diminué en densité par l’apport d’une trame. Il est indiqué en pourcentage de l’aplat considéré à 100 %; Synonyme : un tramé.


 H

Habillage : Texte épousant tout ou partie des contours d’une illustration.

Hauteur de capitale : Hauteur de la capitale d’une police, comprise entre la ligne de pied et l’extrémité supérieure du caractère.

Héliogravure : L’héliogravure reprend le principe de la gravure en creux de la taille-douce. La gravure est chimique et utilise la lumière pour fixer l’image sur la plaque de cuivre. C’est aussi un procédé d’impression : les creux de la plaque de métal sont emplis d’encre, une fois sa surface essuyée, l’encre restant dans les creux imprègne le papier. Impression en creux pour les très grands tirages (catalogues) ou pour les travaux exigeant une reproduction parfaite des couleurs (ouvrage d’art, bande dessinées…)

Hirondelle : Petits repères, généralement en forme d’angles droits, imprimés discrètement pour faciliter les repérages de coupe ou de montage des photos.

Homothétique : Adjectif qualifiant un format proportionnel à un autre, en réduction ou agrandissement.

Humidité relative de l’air : Rapport, exprimé en pourcentage pour une température donnée, entre la masse de vapeur d’eau contenue dans l’air et la masse qu’il pourrait absorber à saturation. Par exemple, pour une température de 23 °C, l’air à saturation peut contenir 20,3 grammes d’eau par mètre cube d’air.


 I

Idéogramme : Représentation graphique d’un mot, d’une langue ou une syllabe de ce mot. Il connote exclusivement l’idée qu’il veut représenter. C’est la traduction conventionnellle d’une idée. Exemple : un sens Interdit.

Imposition : Ordonnancement des pages d’un ouvrage sur la forme imprimante, selon une disposition permettant de les retrouver assemblées dans l’ordre logique après pliure.

Impression : Reproduction de textes ou d’illustrations par transfert d’une préparation (encre, par exemple) sur un support à partir d’une mémoire-image.

Impression numérique : Impression directe à partir des fichiers informatiques.

Impression relief : Technique d’ennoblissement de l’imprimé offset. Apposition d’une poudre à base de résine sur un document fraîchement imprimé. Cette poudre gonfle sous l’effet de la chaleur au passage dans un four.

Imprimeur : Maître d’œuvre de toute impression.

Inactinique : Couleur sans effet sur certaines émulsions utilisées en photogravure. Le bleu des documents d’exécution n’apparaît pas sur les films trait.

Incorporation : Inclusion d’une image dans une autre par montage informatique à l’aide d’un masque de détourage.

Index : Liste de mots-clés figurant normalement à la fin d’un volume.

Infographie : Ensemble des techniques de création et de traitement électronique de textes (QuarkXPress, InDesign), d’images (Photoshop), d’illustrations (Illustrator).

In-folio : Format obtenu après pliage en deux d’une feuille d’impression, ce qui représente 4 pages. On distingue aussi l’in-quarto (in-4°), subdivision en 4 d’une feuille, soit 8 pages ; l’inoctavo (in-8°), subdivision en 8, soit 16 pages. In- 16, in-24, in-32, in-48.

Insolation : Exposition de la plaque offset en particulier sous une source de lumière permettant de séparer par réaction photochimique la partie imprimante de la partie non imprimante.

Interfolié : Se dit d’un ouvrage dans lequel on a intercalé des feuillets blancs entre les feuillets imprimés, afin d’y noter des additions, des corrections, etc.

Intensité : Puissance colorante d’une encre. Notion reliée à la quantité de lumière emmagasinée dans la matière.

Intercalaire : Feuillet simple, hors-texte, inséré dans le corps d’ouvrage.

Interlettrage : Augmentation de l’espace compris entre les différents caractères d’un texte composé.

Interlignage : Espace mesurable en points, ajouté entre deux lignes de texte pour l’aérer. Mesure à préciser de pied de lettre à pied de lettre en millimètres.

ISBN (Initiales de International Standard Book Number) : Numérotation internationale standardisée du livre attribuée par l’Agence Francophone pour la numérotation internationale du livre (AFNIL). Ce numéro caractérise un seul et unique ouvrage.

ISSN (Initiales de International Standard Serial Number) : Numéro d’identification international attribué à chaque publication périodique.

Italique : Caractère dont les jambages sont inclinés. Ce terme s’oppose à « romain ».


J

Jambage inférieur : Partie inférieure d’une lettre bas de casse qui descend sous la ligne de pied, comme pour le p ou le g. Se dit aussi longue descendante.

Jambage supérieur : Partie supérieure d’une lettre bas de casse qui s’élève au-dessus de l’œil (ou hauteur d’x), comme dans le b, le d ou le k. Se dit aussi longue ascendante.

Jpeg : Abréviation anglaise de « Joint Photographic Experts Group ». Algorithme de compression d’images fixes stockées sous forme numérique. C’est le format d’image le plus couramment utilisé.

Jaquette : Chemise de protection amovible d’un livre comprenant deux rabats repliés sur les contreplats de la couverture.

Justification : Longueur des lignes d’un texte composé en alinéa (paragraphe) et limitées par leur alignement à gauche et à droite. Egalement la longueur maximale autorisée de la ligne en mm.

Justifs : Exemplaires client du tirage pour vérifications et archives


 K

Kakemonos : Nom d’origine japonaise, synonyme de panneaux imprimés ou de visuels.


 L

Laize : Largeur d’une bobine de papier mesurée en cm.

Lé : Bande d’impression pour un visuel réalisé en plusieurs parties (par exemple, pour un stand parapluie).

Lecture optique : Système de reconnaissance optique du dessin des caractères et de saisie d’un texte en évitant l’opération de frappe.

Lettrine : Initiale qui débute un chapitre, embrassant deux ou plusieurs lignes de texte.

Lézarde : Dans un pavé de texte composé, forme blanche qui prend l’allure d’une lézarde et qui peut être considérée comme inesthétique. Elle est dû à une succession verticale de blancs entre les mots.

Ligature : Liaison effectuée entre deux lettres ou plus pour des raisons optiques (comme oe, ff, ffl ou fi). Les ligatures étaient très répandues dans la composition chaude mais elles le sont beaucoup moins dans la photocomposition et on y revient dans la composition numérique.

Ligne à voleur : Ligne de quelques lettres en fin d’alinéa.

Ligne de pied : Ligne sur laquelle s’alignent les caractères, dite également base. Les jambages inférieurs descendent sous cette ligne.

Linéature de trame : C’est l’expression de la précision de la trame. Nombre de lignes ou de points par centimètre (ou par pouce), du quadrillage de base d’une trame. Exemple : Trame 100 = 100 lignes de points au pouce carré.

Logotype : Un logo ou logotype est une représentation graphique d’un mot ou d’un groupe de mots pour une marque ou une entreprise qui est utilisé sur les différents supports de communication. Le logo renforce l’image de l’entreprise et favoriser la reconnaissance de la marque.

Luminosité : Calcul de l’épaisseur d’encre déposée sur le papier au moment de l’impression. Plus la machine roule vite, moins elle dépose d’encre sur le papier donc plus la couleur est dite lumineuse.

 


 M

Macule (maculage, maculature) : Feuille imprimée ayant été salie accidentellement au verso par la feuille imprimée qui la précédait lors de l’impression offset (l’encre n’ayant pas eu le temps ,de sécher).

Mailing : Support publicitaire de prospection adressé par voie postale ou par messagerie.

Main :

  • Tenue d’un papier qui s’apprécie au toucher. A grammage égal, deux papiers n’ont pas la même rigidité.
  • Rapport entre l’épaisseur de la feuille (exprimée en millimètres ou en fraction de millimètres) et son grammage (exprimé en gr/m2).

Main de papier : Vingtième partie d’une rame, soit 25 feuilles. Une main de papier d’emballage ne compte que 24 feuilles.

Manuscrit : Document écrit à la main, dactylographié ou réalisé avec une imprimante.

Maquette : Projet d’édition, en rough ou finalisée, tentant de donner l’aspect de ce que sera l’exemplaire imprimé.

Marbre : Surface plane sur laquelle les caractères en plomb étaient posés avant d’être insérés dans le châssis pour l’impression ou le clichage.

Marge : Espace libre de texte en tête, au pied ou sur les côtés d’une page.

Massicotage : Opération mécanique de coupe précise d’un imprimé.

Matchprint : système d’épreuve couleur réalisée par l’insolation de 4 films.

Mécanique : Reliure métal fixée sur un classeur permettant le changement et l’évolution de document comme les anneaux.

Mi chair : Coupe à moitié d’une matière permettant son pliage en 2 ou son enlévement. Découpe Mi chair pour les adhésifs notamment …

Micron : Unité de mesure (symbole : μ) égale à un millième de millimètre.

Monnaie (mettre de la monnaie) : C’est ajouter des blancs pour augmenter la hauteur d’un texte.

Moirage : Effet visuel parasite de deux trames superposées dont l’orientation est incorrecte.

Monogramme : Constitué des initiales, en partie ou en tout des lettres d’un prénom ou d’un nom propre ,combinées ou entrelacées. Le monogramme est conçu graphiquement comme un tout et sa lecture est globale. Exemple: Yves Saint Laurent => YSL

Montage :

  • Processus de mise en place, conformément à la maquette, des éléments constitutifs d’une page
  • Processus de mise en place des phototypes de chaque page, sur un emplacement déterminé sur la forme d’impression, conformément au schéma d’imposition.

Mors collé : Charnière d’un livre, entre le dos et les plats, consécutif au serrage nécessaire à l’arrondissement du dos et permettant une meilleure ouverture de l’ouvrage.

Mouillage : Dispositif permettant d’humidifier la plaque offset.


 N

Négatif : Caractéristique d’un phototype, sur lequel les densités optiques varient en sens inverse de celles de l’original.

Nerfs (ou Nervures) : Saillies qui se remarquent au dos des livres et qui sont produites par les nerfs, qui sont les ficelles sur lesquelles on fait passer la couture reliant les cahiers ensemble.

Noir-au-blanc : Terme de métier, caractérisant la reproduction d’un texte sous forme négative lisible (par exemple : lettres blanches sur fond noir, lettres blanches sur fond rouge, etc.).

Nuancier : Échantillonnage couleur (ou papier) pour le choix des encres (ou type papier).

Numérisation : Transformation d’un document papier en fichier informatique.

Numéroteur : Appareil mécanique permettant le foliotage des imprimés.


 O

Oeil : Partie de la lettre qui transfère l’encre; le noir du caractère (partie imprimante d’un caractère). L’œil d’un caractère bas de casse correspond aux dessins des lettres à laquelle il appartient et qui ne possèdent ni ascendantes (b) ni descendantes (g). Par exemple, le a, le e, le x. Au sein d’un même corps mais dans deux polices différentes, cet œil peut être relativement petit ou grand.

Œillet : Anneau de métal avec trou central permettant la suspension de tout support publicitaire tel que des affiches ou des calendriers.

Offset : Technique traditionnelle d’imprimerie utilisée pour les tirages en impression noire ou couleur sur support papier. Procédé d’impression basé sur la répulsion de l’eau et de la graisse de l’encre.

Orpheline : Première ligne d’un paragraphe qui figure seule au bas d’une colonne. (voir veuve).

Ours : L’ours est l’imprimeur dans l’argot typographique. En fait, c’est la mention obligatoire du nom de l’imprimeur, du lieu d’impression et de plusieurs renseignements, comme le tirage et le numéro de dépôt légal.

Ozalid : Marque commerciale devenue terme de métier, désignant une épreuve de contrôle tirée sur papier aux colorants azoiques (dit papier diazo). Depuis la suppression des films, l’ozalid est remplacé par le traceur.


P

Page : Une seule des faces du feuillet (le recto ou le verso).

Pagination : Suite des numéros de pages d’un ouvrage imprimé. Synonyme de foliotage.

Panse :Trait ovale qui renferme le contrepoinçon, comme dans le b, le p ou le O.

Pantone (PMS/ Pantone Matching System) : Système de composition des couleurs directes. Référence internationale reconnue par tous les fabricants d’encre et intervenants de la chaîne graphique.

PAO : Publication Assistée par Ordinateur. Processus informatisé de mise en page ou de création de maquette.

Papier à cigarettes : Papier mince, non collé, pouvant contenir des charges ou des additifs, notamment en vue d’adapter sa combustibilité à celle du tabac, résistant suffisamment au déchirement et au froissement pour le rendre apte à la fabrication des cigarettes, pouvant être bobiné sur une faible largeur.

Papier apprêté : Papier ou carton traités mécaniquement sur la machine à papier, afin d’améliorer le lissé et l’uniformité d’aspect des deux faces. Cette modification est généralement moins poussée que dans le cas du satinage.

Papier bible : Papier mince pour impression, très opaque, sans pâte mécanique, de bonne résistance aux manipulations et au vieillissement.

Papier pour billets de banque : Papier à la fois de sécurité et infalsifiable, durable, convenant à l’impression en couleurs, et de haute résistance au maniement et au pliage.

Papier de chiffon : Papier fabriqué à partir de pâte contenant une certaine proportion de pâte de chiffon. La proportion minimal requise pour que le papier puisse être dénommé «de chiffon» varie selon les pays.

Papier pur chiffon : Papier fait entièrement de pâte de chiffon

Papier contrecollé : Papier obtenu par le contre-collage de deux papiers ou plus, de composition identique ou différente.

Papier couché : Se dit d’un papier revêtu d’une couche mate ou brillante permettant une meilleure impression.

Papier  frictionné : Papier ou carton dont une face a été rendue unie et brillante par séchage au contact d’un cylindre de métal poli dûment chauffé faisant partie de la sécherie de la machine à papier. L’autre face du papier ou du carton reste relativement rugueuse.

Papier Ignifugé : Papier ou carton ayant subi un traitement tendant à supprimer, diminuer ou retarder sensiblement la pyrolyse ou la combustion.

Papier infalsifiable : Papier doté de caractéristiques propres à révéler les falsifications ou tentatives de falsifications.

Papier ingraissable : Papier sans bois résistant à la pénétration des corps gras, écru, blanc ou coloré. Cette résistance est obtenue par tout traitement, à l’exception de celui à l’acide

Papier multicouches : Papier ou carton constitués de plus de trois couches fibreuses unies entre elles en cours de fabrication à l’état humide, sans adhésif. Deux de ces couches ou plus peuvent être de même composition. Dans certains pays, on utilise également dans le même sens le terme « multiplex » ou « multiplis », le produit fini pouvant être obtenu par contrecollage de plus de trois feuilles sèches.

Papier paraffiné : Papier ou carton imprégnés ou enduis de paraffine ou de cires diverses.

Papier pour l’emballage des aliments congelés et surgelés, c’est-à-dire sans contact : Papier ou carton ayant une résistance mécanique élevée aux températures normales et basses et à une humidité élevée, aptes à être transformés en matériaux d’emballage pour le stockage d’aliments congelés ou surgelés déjà protégés.

Papierpour la protection des aliments congelés et surgelés, c’est-à-dire avec contact direct : Papier ou carton ne contenant aucun produit de nature à altérer et à contaminer les aliments, ayant une résistance mécanique élevée aux températures normales et basses, aptes à subir une transformation ultérieure pour la fabrication de matériaux d’emballage possédant les caractéristiques voulues, telles que résistance à la pénétration des corps gras, imperméabilité à la vapeur d’eau, et permettant une fermeture étanche.

Papier satiné : Papier qui a été soumis à un calandrage poussé dans une supercalandre en vue de lui donner une surface plus unie et plus brillante que celle du papier apprêté.

Papier de sécurité : Papier doté d’éléments d’identification destinés à empêcher la contrefaçon.

Papier sulfurisé véritable : Papier ayant été modifié par l’action de l’acide sulfurique. Ce traitement lui donne une texture continue, une dureté de surface plus grande et une résistance élevée à la pénétration des liquides organiques en général, et en particulier des corps gras, huiles et graisses. Cette structure donne également au papier une résistance à la désagrégation par l’eau même bouillante.

Papier surfacé : Papier ayant reçu une enduction destinée à améliorer ses caractéristiques de surface.

Papier surglacé : Papier ayant un taux de charge supérieur à 20 %, et fortement calandré en vue de lui donner un état de surface permettant, entre autres, l’impression au moyen de clichés tramés fins.

Paquetage : Mise en paquets des imprimés pour la livraison. Mise sous film, sous lien ou sous kraft possible … puis sous carton ou direct Palette.

Parangonnage : Action qui consiste à disposer, dans une même ligne, des caractères d’œil ou de corps différents mais alignés sur une même ligne de base.

Passe : La passe est la quantité de feuilles (prévues ou à prévoir) qui seront perdues suite aux essais, réglages, tâches ou mauvaises impressions.

Pavé : Suite de lignes de texte composé délimitée par des blancs « pavé de texte ».

PDF (Portable Document File) : Format d’enregistrement des fichiers reconnu par tous les ordinateurs. Le PDF permet de sécuriser les échanges et le traitement quel que soit l’environnement informatique. Souvent le plus utilisé pour les BAT en Imprimerie.

Numérisation : Transformation d’un document papier en fichier informatique.

Peluchage : Décollement de particules de la couche du papier qui subissent un arrachage et qui adhèrent à la forme imprimante.

Perforage : Façonnage consistant à réaliser des trous plus ou moins gros à l’aide d’un outil. Perforation pour classeur, micro-perforation par filet coupant pour pré-découpe.

Pétouille : Petit artefact indésirable sur le film, la plaque ou le papier.

Photocomposition : Toute méthode de composition.

Photogravure : Traitement des photos pour leur impression en offset.

Pica : Voir point.

Pictogramme : Image représentative du réel mais qui pour répondre aux éxigences d’une information claire et rapide a été stylisé ou typisé.

Piqûre à cheval : Procédé dans lequel des feuilles pliées encartées les unes dans les autres sont maintenues par une ou deux agrafes métalliques insérées dans le pli du dos.

Piqûre à plat : Procédé dans lequel des feuillets assemblés sont maintenus par des agrafes. On utilise rarement ce procédé quand il s’agit de cahiers ; une fois l’opération de piquage terminée, les volumes sont toujours brochés. ce dit également « Polké »

Pitch : Également appelé « pas de masque », il représente l’une des caractéristiques fondamentales d’un moniteur car il révèle sa résolution optique. Distance qui sépare chaque point d’une couleur élémentaire (rouge, vert ou bleu) du suivant. Plus cette distance est faible, plus les détails seront visibles.

Pixel : Les images numériques sont composées de pixels ayant chacun un ton ou une couleur spécifique.

Plaque : Support photosensible utilisé en imprimerie offset pour le transfert de l’image sur le blanchet. Impression quadri = 4 plaques (Cyan, Magenta, Jaune, Noir)

Plaquette : Petit imprimé de peu de pages; de nos jours on parle plutôt de brochure.

Plastifier ou Laminer : Recouvrir à l’aide d’une pellicule transparente adhésive tout document. Cette méthode permet de protéger le document et de lui donner différents aspects de finition, mat, satiné ou brillant. Pour des utilisations en intérieur ou extérieur.

Plastifier à chaud ou Encapsuler : Le film à chaud (ou thermique) est un complexe polyester/copolymère réactivé au contact des rouleaux chauffants et appliqué par pression sur le document. Cette technique consiste à appliquer simultanément un film sur les deux faces de l’impression, avec ou sans débord, pour une étanchéité contre les intempéries, l’humidité, les graffitis.

Plastifier à froid : Le film à froid (ou de contact) comporte une face adhésive appliquée sur l’image par pression. Ces films peuvent être de composition diverses : PVC, polyester, polycarbonate pour couvrir toutes les applications. La pellicule transparente adhésive adhère par simple pression. Possibilité de plastifier uniquement le recto. La plastification à froid permet de recouvrir des surfaces ne permettant pas une augmentation de température.

Plats : Cartons formant la couverture d’un livre relié et sur lesquels est appliquée la matière de recouvrement : cuir, toile, papier marbré, etc. On appelle contreplat le verso d’un plat.

Pli accordéon : Façonnage à plis successifs.

Pli croisé : Pliage à deux plis perpendiculaires constituant un huit pages.

Pli portefeuille : Pliage à trois plis parallèles permettant le repli des deux feuillets extérieurs vers le pli central intérieur.

P.L.V : Publicité sur le Lieu de Vente / Panneau Publicitaire sur lieu de Vente. 

Poinçon : Barre métallique comportant à son extrémité le dessin original d’un caractère. Sert à réaliser la matrice dans laquelle seront fondus les caractères d’imprimerie.

Point : Dit point Didot en Europe, point Pica en Grande Bretagne et aux États Unis. C’est l’unité de mesure typographique. En France et en Europe (à l’exclusion de la Grande-Bretagne), il vaut 0,3759 mm. Son multiple : 12 points est appelé douze ou encore cicéro : il mesure 4,15 mm. Aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, le point Pica mesure 0,351 mm. Son multiple : 12 points, appelé pica, mesure 4,21 mm.

Point de trame : Élément de base d’une image de forme ronde ou carrée et de surface variable.

Police : Ensemble des caractères (lettres et signes) d’un même corps, de même graisse et de même style, nécessaires à la composition typographique.

Polychromie : Impression en plusieurs couleurs superposées ou juxtaposées, réalisée en tons directs.

Pop-up : Produit imprimé dont l’ouverture déclenche la saillie de parties spécialement découpées et collées.

Pose : Un ou plusieurs exemplaires imprimés simultanément sur la même feuille.

Positif : Caractéristique d’un phototype, sur lequel les densités optiques varient dans le même sens que celles de l’original.

Postscript : Langage informatique de description de page, permettant de faire la liaison entre les ordinateurs et les unités de sortie.

Pourcentage de tramé : Ce dit aussi valeur de trame

  • sur un phototype tramé de valeur uniforme, rapport de la surface des zones opaques à la surface totale de l’image ;
  • sur une impression tramée uniforme, rapport de la surface des zones encrées à la surface totale de l’image.

Pré-presse :Toutes les opérations préparatoires à l’impression : mise en page des textes, photogravure, copie des plaques offset.

Présentation en continu  : «Imprimés» de très grande longueur, pliés en accordéon (jusqu’à 3 000 volets) et destinés à être utilisés sur machines mécanographiques ou sur imprimantes d’ordinateurs.

Présentation à la française : Disposition dans laquelle le sens de lecture est parallèle à la petite dimension du format fini.

Présentation à l’italienne : Disposition dans laquelle le sens de lecture est parallèle à la grande dimension du format fini.

Présentoir : Porte document permettant la distribution de feuillets publicitaires disposé sur un comptoir

Prétirage : Tirage à une quantité limitée d’exemplaires non définitifs.

Prise de pince : En impression offset, bande de papier non imprimable, nécessaire pour que les pinces de la presse offset puissent prendre les feuilles.


Q

Quadrichromie : Procédé d’impression résultant du mélange des 4 couleurs primaires. Avec cette technique, la gamme de couleurs est infinie. Se dit aussi Quadri

Queue :

  • Trait court, qui dans le cas du Q par exemple, descend plus bas que la ligne de pied.
  • Texte n’ayant pu rentrer dans une colonne ouune page.

R

Rame : 1 rame de papier = 500 feuilles

Ramette : une ramette de papier = 500 feuilles A4. ( 1 main = 25 feuilles )

Rainage : Empreinte en creux sur les papiers de fort grammage. Cela permet d’entamer la matière afin de faciliter son pliage  Toutes matières à partir de 170 grs

Rame : Mode de présentation par 500 feuilles de papier identiques.

Ramette : Ensemble de 500 feuilles de papier dont l’un des côtés est inférieur à 40 cm.

Recto : Face d’un feuillet opposée au verso.

Rastérisation : Conversion d’un fichier en une série de points bitmap.

Refente : Séparation de plusieurs éléments d’impression sur une même feuille.

Refoulage : Procédé permettent d’entamer la matière afin de permettre son pliage. Toutes matières supérieures à 500 grs

Registre : Disposition de deux pages selon laquelle celle qui se trouve sur le recto d’un feuillet est parfaitement superposée à celle se trouvant sur le verso. La vérification se fait par transparence.

Reliure : Technique de finition des ouvrages imprimés comportant un ensemble spécifique d’opérations conduisant à la réalisation des livres à partir de corps d’ouvrages préalablement réalisés par brochage avec ou sans coutures (plaçure, grecquage, couture, passure en colle, endossure, tranche-filure, passure en carton, emboîtage, préparation à la couverture et finissure).

Rembordage : Procédé de couvrage d’un carton compact s »utilisant principalement pour le contrecollage de coffrets, boîtes,  calendriers, classeurs rembordés. Cette technique nécessite 20 mm de rembords afin de venir envelopper le carton compact. Matière : Papier 150  ou 170 grs, toile, simili cuir, matière synthétique … Pour le papier, le sens des fibres doit impérativement être parallèles au grand côté. Il faut équilibrer les matières au recto et au verso en contrecollant une garde au verso afin d’éviter le cintrage.

Rembordage à l’Anglaise : Procédé de couvrage de cannelure uniquement sur les rembords au verso. Le collage nécessite 30 mm de rembords + l’épaisseur de la cannelure. Matière : Carte 350 grs avec un pelliculage polypro le sens des fibres toujours parallèles au grand côté

Renfoncement :Valeur de blanc qui représente le retrait effectué au début de la première ligne d’un alinéa. Synonyme : retrait.

Repérage : Mise en place exacte de chaque forme imprimante pour obtenir un placement parfait des couleurs les unes par rapport aux autres.

Repiquage : Reproduction d’un document sur un support portant déjà une impression.

Report : Ensemble des opérations physicochimiques permettant en photogravure offset de préparer la forme d’impression à partir du montage.

Reproduction : Représentation graphique des caractéristiques visuelles d’un original.

Reprographie : Photocopie d’un original papier

Réserve : Effet qui consiste à faire apparaître un texte ou une image en blanc sur fond noir, de couleur ou tramé.

Résolution : Elle indique le niveau de qualité de l’image : plus elle est élevée, meilleure est la qualité. Elle s’exprime en ppp ou dpi.

Retiration : Impression du verso d’une feuille déjà imprimée, par un second passage (machine à retiration : imprime le verso et le recto simultanément). Par extension, seconde impression subie par une feuille sur la même face.

Rhéologie : Étude de l’écoulement des matériaux déformables, depuis les substances presque solides jusqu’aux substances liquides. Cette étude revêt une importance toute particulière dans le cas des substances colloïdales dont font partie la plupart des encres d’imprimerie.

R.I.P. (Raster Image Processor) : Interface qui transcode les données de l’ordinateur dans le langage de l’imprimante ou de la photocomposeuse. L’action se dit Ripper un Document.

Rivet : Pièce de métal permettant de relier plusieurs éléments ou de fixer un mécanisme

Rognage : Activité consistant à couper au massicot les marges d’un livre broché ou relié pour faire disparaître les plis formés par la pliure des cahiers et égaliser la dimension des feuillets. Le rognage permet d’obtenir le format désiré.

Rogner : Égaliser à l’aide d’un couteau spécial ou d’une tranche les marges d’un volume afin de les rendre nettes et régulières.

Romain : Tout caractère aux jambages verticaux. Contraire : italique.

Rotative : Machine à imprimer en continu, utilisant du papier en bobines destinée aux tirages importants.

Rough : Crayonné projetant une idée publicitaire.

Roulage : Action de faire tourner la machine après réglage d’une bonne feuille.

Routage : Toute opération d’envois groupés de courriers à des adresses particulières.

RVB : Colorimétrie vidéo, Rouge, Vert, Bleu, fréquente sur les logiciels de traitement de l’image.


 S

Saturation : Notion de pureté d’une teinte. Plus la teinte est saturée, plus elle est pure – moins la teinte est saturée, plus elle paraît salie.

Scan : Transformation d’un document papier, opaque ou transparent en un fichier numérique.

Sèche : Effet d’un équilibre eau/encre rompu lors de l’impression et qui provoque un report d’encre sur des parties normalement non imprimées d’un document.

Semestriel : Parution tous les 6 mois.

Sens machine : Sens du papier correspondant à la direction du flot de pâte sur la machine à papier.

Sens travers : Sens du papier perpendiculaire au sens machine. C’est généralement le sens d’impression en machine feuilles.

Séquence : Ordre dans lequel sont imprimées successivement les couleurs.

Sérigraphie : Impression à plat pour les petits tirages ou pour les supports particuliers.Procédé d’impression qui consiste à faire passer de l’encre avec une raclette à travers un écran de soie synthétique dont certaines parties ont préalablement été bouchées selon diverses méthodes.

Shooting : Tirage sur diapositive d’une image numérique.

Sigle : Abréviation formée par une suite de lettres qui sont les initiales d’un groupe de mots. Il peut être un logotype abrégé.

Signature : Indication en lettres dans les marges inférieures des premières pages de chaque feuillet ou de chaque cahier d’un livre, pour en faciliter l’assemblage.

Simili : Image tramée réalisée en noir et blanc ou en une couleur d’après un document comprenant des dégradés de valeurs.

Spur : Projection que l’on peut parfois observer à la base d’un b ou d’un G.

Supports d’impression : Matériaux ou objets destinés à être imprimés.

Surfaçage : Les papiers dits couchés reçoivent un traitement de surface par enduction d’une couche de kaolin (matière minérale) sur une ou deux faces qui améliore le lissage et la blancheur.

Symbole : Image pictogtraphique ou idéographique ayant une valeure évocatrice. Le même symbole peut avoir un code différent en fonction du secteur touché.


 T

Tabloïd : Petit format de journal (59.4 x 42 cm ouvert).

Take one : Boîte distributrice rapportée par collage ou encliquetage sur un présentoir permettant l’insertion de documents publicitaires.

Talus (de tête ou de pied) : Blanc au-dessus ou en dessous d’une lettre permettant une bonne lisibilité. Le talus de tête est toujours plus petit que le talus de pied.

Teneur en eau du papier : Quantité d’eau contenue dans le papier ramené à 100 g; cette valeur est obtenue par dessiccation du papier à l’étuve maintenue à 100 °C. Elle s’exprime en pourcentage.

Têtière : Ensemble des éléments graphiques communs placés au même endroit à chaque entête de page.

Thixotropie : Propriété d’une substance qui se liquéfie quand on l’agite et revient à son état initial après cessation de l’effort, en un temps plus ou moins long.

Tierce : Opération qui consiste à prendre la première feuille sortie de presse pour la façonner et vérifier ainsi le positionnement correct de chacun des éléments constituant l’imprimé : placement, foliotage, registre, repères de collationnement.

Tiff : Format de fichier d’image fréquemment utilisé par les logiciels de dessin et de retouche.

Tirage : Action d’imprimer mais se dit également pour la quantité d’exemplaires d’une impression.

Tirant : Résistance d’un film d’encre à une scission dans son épaisseur, à vitesse élevée. C’est une caractéristique rhéologique importante des encres pour procédés typographiques et offset. Se dit aussi poisseux.

Tiré-à-part : Impression d’une partie ou de la totalité d’un document, en plus de la fabrication normalement prévue et destiné à une utilisation particulière (page de publicité parue dans une revue…).

Titre courant : Titre répété sur chaque feuillet d’un livre ou d’une brochure, dans la marge de tête ou la marge de pied.

Tome : Division d’un ouvrage d’après son contenu. Cette division ne correspond pas toujours à la division en volumes : un tome peut être en deux volumes, ou inversement un volume peut contenir plusieurs tomes.

Ton direct : Utilisation d’une encre de valeur déterminée (nuancier pantone) hors ou en sus de celles utilisées en quadrichromie (cyan, magenta, jaune , noir).

Traceur : sortie numérique couleur imposée.

Trait : Document ne comportant qu’une teinte pure (caractères, filets, dessins au trait) et un blanc pur à l’exclusion de tout dégradé.

Trait de coupe : Marques imprimées sur le document qui permettent de déterminer là où il doit être coupé.

Trame : Réseau de points et de vides qui va permettre cette décomposition de l’image en différents valeurs de points correspondant à différentes valeurs de couleurs. Il s’agit du nombre de pixels affichés par unité de longueur dans une image, généralement exprimé en pixel par pouce (ppp). Gosseurs de Trame : papier Journal (40-50-55), journal de qualité supérieure (65 à 80), magazine (100-120-133), magazine de qualité supérieure (150 – 175), Excellente qualité à partir de 200.

Trapping : Technique autorisant des variations de repérage lors de l’impression. et également Phénomène de refus d’une encre sur une autre, fraîchement imprimée.

Tranche : Chacun des trois côtés d’un livre.

Trichromie : Technique de reproduction permettant d’obtenir une équivalence subjective des sensations des couleurs d’un original, à partir d’une combinaison appropriée de trois couleurs de base.

Trimestriel : Parution tous les 3 mois.

TrueType : Polices de caractères vectorielles définies par Apple et Microsoft.

Tuilage : Déformation d’une feuille de papier ou de carton sur toute sa surface, lui donnant une tendance à s’enrouler sur elle-même : « Ca tuile » et c’est la tuile …

Typographie : Impression en relief, à l’aide de caractères mobiles faits d’un alliage de plomb, d’antimoine et d’étain (Gutenberg 1450). Procédé le plus utilisé avant 1950, encore utilisé pour les petits tirages, les cartes de visites ou les documents exigeant un rendu ancien…


U

Urne : Cube en carton , micro cannelure ou cartonette destiné à recueillir des imprimés concernant une action promotionnelle


V

Vectoriel : Adjectif attribué à un type d’image composée de formes géométriques (segments, courbes), opposé au « Bitmap » (point par point).

Vélin : Peau de veau utilisée pour la reliure des livres d’art. Egalement appellation commerciale pour certains papiers d’édition de haute qualité, qui ne sont pas vergé.

Vergé : Papier doté de vergeures, c’est-à-dire de traces semblables à celles d’un filigrane, laissées par des fils de cuivre organisés à la manière d’une trame ou d’un treillis sur un rouleau vergeur. Les vergeures dans le sens travers et les pontuseaux dans le sens de fabrication marquent le papier comme les «fils d’eau» qui autrefois traçaient, dans le papier même, le cheminement de l’eau ruisselant de la feuille.

Vergeures : Filigrane continu constitué par des lignes parallèles très rapprochées, généralement associées à d’autres lignes plus espacées, perpendiculaires aux premières nommées pontuseaux.

Vernis (vernissage) : Action de déposer un vernis sur un document afin de lui donner un aspect mat, satiné ou brillant. Procédé de dépôt en cours d’impression (vernis machine ou verni acrylique) ou après impression (vernis UV) pour  la finition d’un document.

Verso : Face d’un feuillet opposé au recto.

Veuve : Dans une composition, dernière ligne d’un paragraphe isolée en haut d’une colonne ou d’une page (Se dit aussi orpheline).

Vignette : Ornement typographique destiné à agrémenter la composition et la mise en page. Utilisé pour constituer des encadrements sous forme de bandeaux.

Vitrophanie : adhésif transparent destiné à être collé sur une vitre.

Volet : Terme utilisé avec les dépliants pour désigner l’équivalent d’un feuillet (par exemple, dépliant accordéon, 6 volets, dépliant portefeuille 4 volets). 


W

Wire’o : Spirale plastique ou métallique de plusieurs colories possibles reliant des feuilles entre elles